• #01


                     Depuis petite, j'imagine mon avenir comme on me demande de le faire. Je répond à des demandent qui me fatiguent et auxquelles je ne porte que peu d'intérêt. 
    Bien entendu, comme la plupart des gens, je construis dans ma tête chaque détail de mon futur en réfléchissant à ce que je pourrais faire, pourrais construire selon mes désirs. 
    Mais étrangement, alors que cela me plait de le faire je ressens comme une gêne, quelque chose qui me rend mal à l'aise. 
    Cette gêne, je sais l'expliquer maintenant.
    Mon esprit se refuse simplement de continuer de se construire un avenir imaginaire qui n'est plus certain. Les aînés t'obligent, dès l'enfance, à te créer une place future dans leur monde. 
    Car les aînés ont fait le monde, eux, et à leur image. Ils te demandent de te trouver une place en un lieu qui n'est même pas le tien.
    Mon esprit se refuse simplement de continuer de se construire un avenir dans lequel les anciens y placent la responsabilité des générations futures sans agir eux-même. Mon esprit se refuse simplement de continuer de se construire un avenir formaté par des gens qui  n'ont pas pensé à apprendre des erreurs passées. 
    Mon esprit se refuse simplement de continuer de se construire un avenir sans profiter d'aujourd'hui. 

    Pour être claire, la chose la plus incroyable et méprisable que je puisse trouver aux générations précédentes est ceci: l'incapacité d'agir. Ou plutôt le fait de penser être incapable d'agir. 
    Il n'y a pas une génération du passé, une du présent, et une de l'avenir. Au fond, les trois se lient et se combinent, sinon à quoi bon nos cours d'histoire, je me le demande ?
    Je fais partie de ces générations dîtes de l'avenir dont la responsabilité est de mettre fin aux conflits d'aujourd'hui qu'ils soient écologiques, géopolitiques, armés...
    Et si on les réglait maintenant, nos problèmes d'aujourd'hui ? Les générations futures ont une place dans le présent, tout comme celles du présent ont une place dans l'avenir. Mais entre ces générations une chose ne change pas: la responsabilité du passé.
    Tout le monde devrait en tirer des leçons.
    Une chose en plus, nos aînés devraient accepter les changements mentaux et sociaux des générations suivantes sans quoi elles ne chercheront pas à répondre aux attentes du monde.
     


  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Février à 11:21

    C'est tellement vrai ce que tu dis ! Je le pense souvent en voyant mes parents se plaindre ou critiquer. Dans ma tête je me dis : "Mais merde, au lieu de juger et de geindre, avancez et évoluez ! " Ils ne comprennent rien quand je leur parle des choses qui ne leurs sont pas normales et qui sont normales pour moi. Je suis contente d'avoir trouver quelqu'un qui pense comme moi ! Merci ♡☆

    2
    Mardi 14 Février à 15:42

    Mais de rien ;) c'est vrai que ça a quelque chose de fatigant à entendre à la longue ! 

      • Mardi 14 Février à 16:30

        Trop, ça m'énerve vraiment !

    3
    Samedi 18 Février à 15:34

    Et râler sur les vieux, ce n'est pas aussi agir comme eux ? :P Les torts sont partagés, et reprocher sans proposer ("agir", c'est un peu flou), ce n'est pas se placer en détenteur de la solution... La réflexion aurait pu être intéressante si elle avait été nuancée (car le propos est complexe, qu'on ne s'y méprenne), c'est dommage..

    4
    Samedi 18 Février à 16:26

    Oui je comprend tout à fait, j'ai écrit ce texte sur le coup je n'avais pas l'intention de développer tant que ça. 
    Il est vrai que j'aurais pu nuancé mes propos, tu as raison sur ce point... 
    D'autre part, je ne me suis jamais placer en détentrice d'une quelconque solution, j'ai juste observé et constaté peut-être d'une manière trop rapide, trop en diagonale ;) 

      • Samedi 18 Février à 16:36

        Oui, j'avais deviné que tu n'avais pas eu l'occasion de développer ça ;) Mais comme tu te places face (contre ?) les gens que tu critiques (et un peu en victime du système, aussi), en leur donnant l'invective d'agir, sans préciser, tu donnes l'impression de te présenter comme ça, comme une espèce de visionnaire incomprise... Et c'est une position qu'il est facile d'adopter, mais qui n'apporte que peu de concret : c'est ce qui me dérange. Peut-être que tu pourrais expliciter ce que tu attendrais de la part de ceux que tu critiques ? Ou bien, à défaut, détailler tes observations de manière plus précise, moins générale, et en pointant très spécifiquement les problèmes que tu dénonces (parce que là, honnêtement, tout le monde peut se reconnaître dans ce texte, mais c'est uniquement parce que tu t'offres le luxe d'être floue, et donc, moins (pas ?) constructive)...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :