• Chapitre 5

     

               L’encombrante SUV Mercedes Benz des « Free Fire » se frayait difficilement un passage sur la route. Il était près de dix-neuf heures et déjà se formait les embouteillages d’Itown à Londres. Selon le chauffeur il faudrait attendre encore une bonne demi-heure pour en sortir puis trois quart d’heure de route vers Penvanya la ville où ils allaient maintenant s’installer. Tous voyaient d’un très mauvais œil ce départ précipité vers une ville minuscule quasiment perdue et pourtant si proche de Londres. Londres, capitale où ils étaient encore hier, et où ils vivaient une énorme gloire quasi internationale.
    La décision venait malheureusement du Grand Conseil et ils ne pouvaient pas y désobéir.
    Le Grand Conseil leur permettait une certaine sécurité, en échange de quoi ils assuraient la sécurité de la population. Ce qui était la meilleure façon de ne pas se faire repérer.
    Sauf qu’une autre famille, beaucoup plus puissante, avait décidé de s’installer à Londres. Cette famille était très dangereuse, même pour eux, et mieux valait ne pas s’en approcher.
    C’est pourquoi le Grand Conseil les avait déplacés. Dans un coin suffisamment reculé pour qu’on en entende pas parler, mais suffisamment proche pour ne pas devenir sourd.
    Byron et Aron étaient occupés à faire quelques tours de magie, faisant apparaître et disparaître des cartes accompagnés de « pouf-pouf ! » incessants. Dylan quant à lui pianotait sur son portable et regardait d’innombrables portraits de filles, toutes plus belles les unes que les autres, et envoyés une bonne dizaine de messages pour réussir à en draguer quelques-unes.
    Ce qui n’était pas vraiment difficile lorsqu’on était une star du rock d’une beauté irrésistible.
    Il remit alors ses longues nattes blondes sur le côté droit de son cou et regarda son frère avec attention. Il avait l’air perdu sans ses pensées.
    - A quoi penses-tu donc Ian ? demanda-t-il.
    - La raison pour laquelle cette famille resurgit de nulle part, dit-il sans détacher son regard du paysage extérieur.
    - Ce sont des Alphas, tu sais comment ils sont : imprévisibles, manipulateurs…
    - C’est ce que je trouve intéressant, coupa Ian, s’ils viennent à Londres où siègent le Grand Conseil ce n’est sûrement pas pour les provoquer. Ils doivent chercher quelque chose.
    - Raison de plus pour ne pas s’en mêler, c’est extrêmement dangereux. Même pour des gens comme nous, précisa Dylan avec un sourire ravageur.
    Des quatre frères, Dylan était celui qui accordait le plus d’attention à sa beauté charmeuse. Il était un véritable Don Juan, certes, mais c’était aussi l’aîné et était très rusé et prévoyant. Byron et Aron, sous leurs airs joueurs, étaient extrêmement malins et de véritables acrobates tandis que Ian, le plus sombre des frères, était le plus dangereux.
    Le plus dangereux car il était incroyablement puissant et intelligent, avec un petit air sadique mais il était aussi et surtout très curieux.
    - Qu’est-ce que tu faisais avec la serveuse du resto ? demandèrent en même temps les jumeaux.
    - Très bonne question, approuva Dylan, elle s’appelle comment déjà ?... Ah oui, Lucie.
    Ian soupira un moment, et passa une main dans ses cheveux blonds en pagailles.
    - J’étais poursuivi par une bande de fans complètement fanatiques et il se trouve qu’elle était sur mon chemin, dit-il d’un ton fatigué.
    Mais ses frères ne semblaient pas satisfaits de l’explication et le regardaient, les yeux pétillants d’excitation nouvelle. Leur jeune frère ne s’intéressait pas beaucoup aux autres, encore plus des jeunes filles de son âge (même si Lucie semblait très différente et avait un peu trop de caractère à leur goût, mais cela les changeait).
    Il leur raconta alors tout, et ses frères furent ébahis.
    - Lucie a réussi à tenir la cadence ? demanda Dylan. D’après ce que tu dis, elle était vachement énergique. Un peu trop même, par rapport aux humains normaux.
    - Oui, je l’avais remarqué. Mais ce qui m’inquiète le plus ce n’est pas Lucie mais plutôt cette licorne et ces deux lions fanatiques.
    - En effet, dit son frère, on les voit de plus en plus souvent. Ce doit être des journalistes qui essaient d’obtenir un potin croquant.
    La discussion se finit là, Dylan pianotant de nouveau sur son téléphone et les jumeaux retournèrent à leurs tours de magie. Ian quant à lui, réfléchissait toujours et son regard se perdait au loin.
    Il avait menti.
    On sentait chez Lucie un étrange mystère, quelque chose d’étrange, fascinant et dangereux à la fois. Il l’avait remarqué, son côté hors du commun n’était pas dut au hasard, surtout pour une humaine comme elle.
    Lorsqu’ils étaient dans la ruelle sombre, et lorsqu’ils sautaient du haut de l’immeuble, il n’avait pu que constater ses étranges yeux violets.
    Qui s’illuminaient dans la pénombre. Brièvement, mais cela se voyait.
    Soudain, Dylan se tourna et ouvrit une grosse boite en plastique qui contenait des sachets. Il sortit un verre et commença à se servir à boire. Ian, sentit une bonne odeur qui fit frémir ses narines le sortit de ses songes.
    - Un petit verre, mon frère ? demanda Dylan.
    - Avec plaisir, remercia Ian.
    Il prit délicatement le verre dans une main, et fit tanguer le liquide rouge à l’intérieur en le regardant d’un air satisfait.
    Son sourire carnassier était revenu.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :